Dans quel cas faire un rachat de prêts ?

Généralement, tous les particuliers se retrouvant dans une situation d’endettement importante peuvent recourir aux procédures de regroupement de crédits. Mais d’une manière plus concrète, ce dispositif est généralement utilisé par des ménages sujets à un surendettement irrémédiable ou qui souhaitent bénéficier d’une réduction d’un taux de crédit qui dépasse leur capacité de remboursement mensuel.

Le surendettement

Dans la mesure où un ménage est assujetti à un cas de surendettement majeur, c’est-à-dire, si son taux d’endettement est 33 % supérieur à ses revenus fixes, il lui est possible de s’adresser à son prêteur dans le but de soumettre une demande de rachats de crédit.

Les facteurs à l’origine du surendettement sont très nombreux à ne citer que la diminution soudaine du montant des moyens financiers suite à un divorce, un décès, un accident, une maladie… Afin de subvenir à ses besoins face à une telle situation, certains ménages ont tendance à cumuler les crédits et finissent par être dépassés. En effet, il suffit souvent que le prêt précédemment contracté n’ait pas encore été définitivement réglé pour que les emprunteurs concernés entament déjà une nouvelle démarche de demande de crédit supplémentaire. Dans le but d’alléger les mensualités à payer, les ménages surendettés n’ont souvent qu’une seule option : le rachat de crédits.

Autres cas

Un ménage dont le taux d’endettement est égal ou inférieur à 33 % peut également procéder à un regroupement de crédits dans le but de profiter d’une restructuration de ses dettes. Dans ce cas précis, le recours au regrouepement de prêts fait office de mesure de précaution visant à prévenir un éventuel surendettement.

Les ménages envisageant d’investir dans l’immobilier (achat ou rénovation d’un logement) figurent aussi parmi les personnes à endettement raisonnable qui effectuent une procédure de regroupement de crédits.

Certains emprunteurs voulant bénéficier d’un taux à la baisse s’intéressent également au rachat de crédits. Un ménage ayant initialement contracté un prêt dont le taux d’intérêt avoisinait les 7, 50 % peut fort bien recourir à un regroupement de prêts dans le but de profiter d’un taux plus bas situé, par exemple, à 4, 5 %.